Chroniques d'une ville qu'on croit connaître

Chroniques d'une ville qu'on croit connaître

Wael Kadour / Mohamad Al Rashi

Photos

Chroniques d une ville qu on croit connaitre  c Reem Yassouf 2012

Damas, été 2011. Alors qu’une révolution se met en marche dans tout le pays, une jeune femme se suicide. Quelle tragédie a-t-elle bien pu vivre pour finalement tourner le dos à tout ce qui se surgit autour d’elle ? Avec Chroniques d’une ville qu’on croit connaître, Wael Kadour, auteur de théâtre originaire de Syrie, évoque dans ses pièces la réalité syrienne et les tensions sociales qui traversent le Moyen-Orient. Accueilli en France comme réfugié en 2015, il collabore aujourd’hui à des projets français, allemands et internationaux et livre ici un texte écrit au cordeau, sensible et délicat.

En se référant au passé, proche mais aussi lointain, Chroniques d’une ville qu’on croit connaître tente de comprendre ce qui a lieu aujourd’hui en Syrie. Mohamad Al Rashi et Wael Kadour mettent en scène ce texte en s’appuyant sur trois éléments majeurs : le jeu d’acteurs, un espace scénique jouant sur les frontières scène-salle et une création sonore mêlant samples et sons électroniques.

« Pourrons-nous comprendre ce qu’est devenue notre vie aujourd’hui en Syrie ou à l’extérieur sans nous référer à ce tournant décisif dont nous avons été témoins en 2011 ? Pourrons-nous jamais comprendre les facteurs et les circonstances qui ont influencé nos choix personnels durant l’année 2011 sans examiner notre histoire – individuelle et collective – avant le déclenchement de la révolution ? »
Wael Kadour

Les Transversales, festival des arts mélangés de Méditerranée (édition #04) se tiendra du 8 au 18 avril 2019. Toute la programmation ici