Festival Sons d'hiver

Festival Sons d'hiver

Photos

IRREVERSIBLE ENTANGLEMENTS

Camae Ayawe AKA Moor Mother, textes, spoken word, électronique / Aquiles Navarro, trompette / Keir Neuringer, saxophone alto / Luke Stewart, contrebasse / Lukas Koenig, batterie

 

Alliant la street culture, l’héritage post-coltranien et la nouvelle scène de Chicago, Irreversible Entanglements façonne une musique pétrie de rage et d’afrofuturisme qui, alliée à la verve incandescente de Moor Mother, devient une sorte de manifeste politique. Un free jazz collectif comme réponse aux violences sociales et policières, une poésie viscérale où chaque mot est lancé pour repeindre l’histoire officielle, et volontairement amnésique, de la trajectoire des Noirs d’Amérique.

 

SAUL WILLIAMS

 

Saul Williams, voix, machines / Aku Orraca-Tetteh, basse, claviers / Zach Danziger, design sonore

En 1998, Saul Williams tenait le rôle principal de « Slam », film récompensé aux Festivals de Cannes et de Sundance. Il aurait pu se contenter de sa carrière prometteuse au cinéma… Mais Saul Williams, tête chercheuse, curieuse et affamée, ne croit pas en des catégories qu’on a dessinées pour lui. Il trace son sillon depuis plus de 20 ans, et incarne le trait d’union entre l’activiste Amiri Baraka, le poète Allen Ginsberg et le rappeur 2Pac. Bête de scène au charisme magnétique, il dit, déclame ou chante, toujours d’une parole aiguisée, puissante, et résumons-le d’un mot : brillante.