Soirées partage

Soirées partage

Kouam Tawa / Aristide Tarnagda

Photos

190202-rencontre-au-foyer-Manouchian-SL1
190202-rencontre-au-foyer-Manouchian-SL2
190202-rencontre-au-foyer-Manouchian-SL3
190202-rencontre-au-foyer-Manouchian-SL4

Auteur, metteur en scène et directeur artistique du festival Les Récréâtrales à Ouagadougou (Burkina Faso), Aristide met en perspective et accompagne depuis deux saisons la programmation « Voix d’Afrique » au théâtre.

En 2020, il vous convie à deux « Soirées partage » pour expérimenter une nouvelle forme participative de théâtre, construire une pensée critique et plurielle sur la société africaine contemporaine et son devenir.

Orchestrées par Kouam Tawa, dramaturge et poète camerounais, entouré de comédiens et de musiciens, elles mettront à l’honneur une personnalité africaine.

Après les deux premières rencontres en janvier et février 2019, rendez-vous cette saison :

Samedi 18 janvier 19h au Centre Social Balzac
avec Djaïli Amadou Amal, militante féministe et écrivaine camerounaise

Djaïli Amadou Amal est la première écrivaine du Nord Cameroun. C’est une jeune métisse Peuhle et Égyptienne par sa mère. Cette mixité de ses origines a sans doute favorisé sa liberté d’écrire, écrire seulement, et plus encore sur un sujet jusque là tabou dans sa société, le mariage polygamique, qui on le sait est étroitement lié au mariage précoce des jeunes filles.

Djaïli Amadou Amal fait sans doute partie de la fine fleur de la nouvelle mouvance des écrivains camerounais du terroir. Son roman a déjà connu une réimpression en moins de six mois. Elle a fait une tournée très remarquée au Cameroun et au Tchad dans les réseaux des Alliances françaises sur le thème de la polygamie (Source Babelio).


Samedi 16 mai 18h à la librairie Les Mots retrouvés
avec Gauz, auteur ivoirien

Après avoir été diplômé en biochimie et (un temps) sans-papiers, Gauz est photographe, documentariste, et directeur d’un journal économique satirique en Côte-d’Ivoire. Il a aussi écrit le scénario d’un film sur l’immigration des jeunes Ivoiriens, "Après l’océan". L'ouvrage est le premier lauréat d'un nouveau prix : le Prix des libraires Gibert Joseph. Il reçoit également le Prix Littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle d'Ile de France 2016 pour les Yvelines et est élu Meilleur premier roman français de l'année 2014 au classement annuel des Meilleurs livres de l'année du magazine Lire. Grand Prix Littéraire d’Afrique noire 2019 pour son roman Camarade Papa (source Babelio).

Focus

Centre Social Balzac, rue Olympe de Gouges, à Vitry.
Les Mots retrouvés, 2 bis avenue du Parc à Vitry.