MEXICO / Au-dessus et en-dessous de la terre (1/5)

MEXICO / Au-dessus et en-dessous de la terre (1/5)

par Métie Navajo -

MEXICO / Au-dessus et en-dessous de la terre (1/5)

Mars 2019. Métie Navajo, autrice compagnon, mène un voyage au Mexique, à la rencontre d'artistes et d'auteurs mexicains dont l'oeuvre entre en résonnance avec son écriture et les thématiques qu'elle développe. Petites chroniques d'un voyage exploratoire, épisode 1...


Préambule

Paris.
Je ferme la porte sur les pleurs d'une petite fille.
Le rer est arrêté en raison d'une opération de déminage : on sort de terre obus de 1944.
Quelques heures plus tard c'est Mexico. 
 – la queue est longue pour le contrôle des passeports.
Deux agents de l'office d'immigration nous font patienter avec une chorégraphie sur Black or White.
Bienvenue.

1 .

Retrouver Mexico
de couleurs vives
de hautes tours
de restaurants japonais partout ont fleuri, c'est la mode
de petits vélos rouges sur des pistes cyclables
pour pédaler dans la pollution épaisse
de trottinettes vertes abandonnées  
de ubers starbucks et concurrents 

Mexico, comme les autres, se met à ressembler aux autres, à toutes ces villes qui ne cessent de se ressembler.

Après dix ans je cherche la ville ancienne et moi dedans, je me revois dans ce moment merveilleux et effrayant de l'arrivée, ce moment où voyageant seule je suis obligée de m'offrir et d'apprivoiser. De faire confiance. Cette confiance au centuple on me l'a rendue. On me l'a rendue sans compter, et, d'une certaine manière, on me la rend encore.

Après dix ans je cherche la trace de mes pas dans des lieux où j'ai à peine laissé une empreinte car j'ai fréquenté un Mexico dame moins bien mise. Pourtant au fur et à mesure les images jaillissent, perturbent la vision d'aujourd'hui.  

Chaleur. Intense soleil d'hiver. 30 degrés en février, même ici ce n'est pas normal. Pas loin de la ville ça brûle, dans les états du nord du pays on frôle l'alerte pour basses températures.
On s'habitue au chaos planétaire, il devient l'ordre des choses. On boit un jus de pamplemousse pressé on mange une tortilla enroulée dans sa délicieuse odeur de maïs et on se fait au chaos – d'autres non. D'autres meurent. 

[Avec le soutien de la Région Ile-de-France dans le cadre d'une résidence d'auteur]

 

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir à cet article

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 premiers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • 9
  • G
  • I
  • N
  • I
  • U
  • Y
  • I

*Champs obligatoires